Lecture musicale

17h00
Théâtre du Dé – Evionnaz
20.- / 15.-

ÉTIENNE VOUILLOZ – mise en scène, lecture
SOPHIE VOUILLOZ – lecture
CÉLINE KOHLI – accordéon
TEXTES : JACQUES TORNAY

coproduction Cellules poétiques et Cie du Dé

Réservation

Cellules poétiques a proposé à Étienne Vouilloz, metteur en scène de la Compagnie du Dé, de se pencher sur l’œuvre poétique considérable de Jacques Tornay. Au fil des lectures, l’envie est née de se consacrer à un recueil en particulier : Grandeur Nature, publié en 2003.

Dans cette veine subtile et attentive qui a été la sienne, Jacques Tornay parcourt les arcanes de son rapport au monde. Par sa voix, les comédiens s’interpellent en un dialogue dont exhale le parfum délicat des matins.

Jacques Tornay, disparu en 2019, a laissé une œuvre riche consacrée à la poésie, la nouvelle, l’aphorisme et la biographie. Né à Martigny, il a exercé le métier de journaliste et de traducteur. Président de l’Association des écrivains valaisans de 2010 à 2017, il a reçu divers prix dont le Prix Edmond-Troillet en 1988 et le Prix Louise-Labé en 1993.

Extrait du recueil « Grandeur Nature », 2003

Je me découvre une destinée de baladeur,
Le clair et l’obscur font de moi ce qu’ils veulent.
Le ravissement, je l’éprouve devant la pulpe dorée de la prune
Et les choses nombreuses dans la permanence de l’éveil.
Je désherberai à la main une prairie entière,
J’apprivoiserai le malaise en essayant de rire.

Il m’arrive d’entendre le froissement d’une manche
Comme si quelqu’un marchait à mes côtés.
Une haleine familière me revient,
J’égrène alors de petits commentaires tour bêtes
Longtemps accumulés en moi.

Je m’allie à la nudité chatoyante de l’immédiat.
Mes gestes sont minuscules mais joliment faits.
Ma vie sert de prétexte à me tenir en alerte.

RESERVATION