Dialogue entre Antonio Prete et Danièle Robert

16h00
Manoir de la Ville de Martigny
Visite, conférence, lecture


ANTONIO PRETE, écrivain et traducteur
DANIÈLE ROBERT, écrivaine et traductrice
DANIELE PINTAUDI, comédien

Les Cellules poétiques s’associent à Dante Alighieri Vallese pour vous proposer un dialogue entre les traducteurs Antonio Prete et Danièle Robert dans le cadre de l’exposition Fragilités refuges visible au Manoir de la Ville de Martigny. L’événement sera précédé d’une visite ciblée de l’exposition.

Le professeur Antonio Prete, à partir de sa traduction des Fleurs du Mal et de celle de la Divine Comédie par Danièle Robert, s’entretiendra avec celle-ci sur le rapport de Baudelaire à Dante ; sur ce qui est mis en jeu dans la traduction du texte poétique, d’une part, dans l’écriture poétique même ; d’autre part, sur ce qui les différencie et les rapproche, sur leur force et leurs fragilités respectives. Le dialogue sera illustré par la lecture d’extraits des deux ouvrages ainsi que de poèmes d’Antonio Prete, porté par le comédien romand Daniele Pintaudi en italien et en français.

L’exposition :

Du 4 mars au 21 mai 2023, le Manoir de la Ville de Martigny accueillera à l’occasion de l’exposition Fragilités refuges les artistes David Brülhart, Laure Gonthier, Coline Ladetto et Josette Taramarcaz. Iels révèlent et interprètent au travers d’une réflexion artistique leur rapport à leurs fragilités. Nos vulnérabilités et nos fêlures, tant au niveau individuel qu’en tant que société, se révèlent régulièrement. Quel est mon refuge ? Les artistes créent pour l’exposition des installations qui deviennent des espaces pour s’isoler, se ressourcer ou des objets fragiles. Iels questionnent aussi notre rapport aux autres et à leurs fragilités. Pour l’exposition, iels proposent des créations inédites réalisées pour le Manoir, ainsi qu’une sélection de quelques œuvres existantes fortes en dialogue.

Les intervenants :

Antonio Prete est essayiste, narrateur, poète et traducteur. Éminent spécialiste de Leopardi, il a enseigné la littérature comparée à l’université de Sienne et à la Scuola Superiore Galileana de Padoue. Il a donné des conférences et des séminaires dans de nombreuses universités étrangères : Harvard, Yale, Brown University, Collège de France et Université de Salamanque. Il a notamment écrit des essais : Il demone dell’analogia (Feltrinelli 1986) ; Nostalgie. Storia di un sentimento (Cortina 1992) ; I fiori di Baudelaire (Donzelli 2007) ; Trattato della lontananza (Bollati Boringhieri 2008) ; Compassione. Storia di un sentimento (Bollati Boringhieri 2013) ; Il cielo nascosto. Grammatica dell’interiorità (Bollati Boringhieri 2016). Il a traduit Baudelaire, Mallarmé, Rilke, Valéry, Celan, Jabès, Machado, Bonnefoy. ( Reiser Literacy Agency )

Danièle Robert est écrivaine (Les Chants de l’aube de Lady Day, Le Foulard d’Orphée, aux éditions Le temps qu’il fait), critique et traductrice (latin, italien, anglais). Elle a – dans le domaine de la poésie – traduit, préfacé et annoté pour les éditions Vagabonde La Pensée prise au piège de Michele Tortorici et Rime de Guido Cavalcanti (prix Nelly-Sachs 2012) ; pour Actes Sud, les œuvres de Paul Auster, de Catulle, d’Ovide (pour l’édition de ces dernières elle a obtenu le prix Laure-Bataillon classique en 2003 et le prix de traduction de l’Académie française en 2006) ainsi que La Divine Comédie. Elle dirige, au sein des éditions Chemin de ronde, la collection de littérature italienne « Stilnovo » où elle a, entre autres, fait paraître À l’ombre de l’autre langue. Pour un art de la traduction, ainsi que L’Ordre animal des choses, d’Antonio Prete. ( Società Dante Alighieri Vallese )

> en savoir plus :
Manoir de la Ville de Martigny
Società Dante Alighieri